par Laurent Dupeyrat

La révolution digitale des vingt dernières années est comparable au boom créé par la révolution quantique en physique des années 1930-1950.

Les processus mécaniques et techniques classiques se développaient toujours au sein des mêmes structures et empruntaient toujours les mêmes chemins de création et de production. La physique classique appliquait toujours les mêmes formules et envisageait une réalité tangible toujours stable intégrant quelques variables.

L’apparition et le développement des procédés digitaux ont généré instabilité et incertitude dans les processus mécaniques et techniques classiques.

La percée et le rayonnement de la pensée des quantas et de la théorie du chaos a mis à mal les définitions canoniques de la physique classique.

Résultat : une réalité de plus en plus indéterminée autant dans ses définitions théoriques que dans son application pratique, et des processus de moins en moins rationnels et qui s’accélèrent sans cesse (il suffit d’observer l’accélération des mises à jour de logiciels).

L’interconnexion a entraîné l’incertitude et la complexification…

… mais pas pour le leader méditant…

L’interconnexion a entraîné l’incertitude et la complexification… mais pas pour le leader méditant

Interdépendance et interconnexion

Depuis qu’il médite (voilà une vingtaine d’années), le leader méditant se heurte à une notion traditionnelle très ancienne du monde de la méditation : l’interdépendance. Il l’apprivoise petit à petit, se familiarise avec, se rend à l’évidence. Cela n’a pas été facile, surtout au début. Le leader (en cours de découverte de la méditation) s’est toujours pensé seul, détaché de tout ce qui l’entoure. Pourtant, depuis qu’il médite, il se rend compte qu’un processus subtil relie ses pensées, ses actions, ses émotions… au moindre phénomène qui l’entoure. Le leader (avec une maîtrise correcte du processus de la méditation) se rend désormais compte qu’il fait partie d’un tout. Il s’en rend compte, mais en plus il le vit dans son quotidien : il a réalisé hier que sa décision stratégique avait été influencée par la gêne occasionnée par un rayon de soleil !

 


Contrairement à l’idée souvent répandue, il ne suffit pas de naître à l’ère digitale pour être connecté. Il faut y renaître.


 

Le leader méditant prend de plus en plus en considération la vastitude de la réalité dans laquelle il évolue. Il comprend que cette réalité, en plus de sa vastitude, n’est pas forcément déterminée. Donc, en plus d’être interdépendante et interconnectée, cette réalité est impermanente et sans cesse changeante. Quelques temps plus tard, le leader méditant est désormais comme un poisson dans l’eau : il vit avec une réalité probabiliste et en tire continuellement avantage, car il ne restreint plus son champ de vision et d’action à une structure de pensées et de processus figée. Le leader méditant est désormais certain dans l’incertitude et naturellement direct dans la complexité.

Il est interconnecté. Il est né au digital.

Contrairement à l’idée souvent répandue, il ne suffit pas de naître à l’ère digitale pour être connecté. Il faut y renaître.

C’est aussi le rôle de la méditation.

 

Want to be(come) a “digital native”?

https://www.waysandlore.fr/programmes-leadership/

English