par Laurent Dupeyrat

Lorsque j’accompagne les leaders dans les interventions Ways & Lore, on me pose très souvent cette question : « vous accompagnez également les enfants ? »

Je réponds « oui », car c’est le cas.

Cela fait maintenant plusieurs années que j’accompagne des enfants à la découverte d’eux-mêmes et de leur fonctionnement via la méditation, un samedi matin par mois, à Paris.

Depuis quelque temps, peut-être cinq ans, beaucoup arrivent pour la première fois aux ateliers en état de grande agitation. Souvent incapables de se concentrer plus de trente secondes sur la même chose, leur attention virevolte de-ci de-là. Ils ne sont pas présents. Leur mémoire à court terme est exacerbée et celle à long terme est atrophiée. À l’heure actuelle peu d’enfants qui viennent d’arriver aux cours sont dans un état différent.

Je n’aborde même pas l’état des adolescents qui ont des céphalées chroniques et des tendinites à répétition aux doigts grâce à l’impact du digital…

Inutile de vous dire que nous nous amusons bien un samedi matin par mois !

Les enfants de l’ère révolutionnaire digitale deviennent difficilement « gérables » pour leurs parents qui, en réponse à leur agitation, les stimulent d’autant plus en les plantant devant la réalité dématérialisée, « déspatialisée », des écrans de la maison.

Je me rappelle notamment d’un petit garçon de 7 ans qui a fait une apparition de plusieurs séances aux ateliers de méditation. La première fois, il était incapable de tenir en place, assis, plus de 30 secondes. Parlant de tout et de rien, interrompant et perturbant ses petites et petits camarades en train de méditer, il semblait être extrêmement mal à l’aise avec le calme et le silence. Je lui demandais ce qu’il faisait à la maison. Il répondit qu’il faisait la même chose que dans le cours. Son père, passant le plus clair de son temps sur des écrans ou au téléphone avec des clients, mettait son fils systématiquement sur sa tablette. Résultat : il est devenu incapable de se concentrer plus de 30 secondes, car la réalité virtuelle digitale stimule continuellement le fonctionnement instantané. À sa troisième visite aux ateliers, il était désormais capable de « tenir » une séance d’une heure en étant concentré. Il avait pratiqué quasiment tous les jours les exercices de méditation et avait retrouvé une base plus solide de fonctionnement.


LES ENFANTS D'AUJOURD'HUI DÉVELOPPENT DES CHEMINS NEURONAUX DIFFÉRENTS DE LEURS PARENTS...


Les enfants d’aujourd’hui développent des chemins neuronaux différents de leurs parents qui voient encore le digital comme un ensemble d’outils plutôt qu’un monde ou qu’une réalité en soi. Or, c’est justement comme cela que les enfants du digital l’appréhendent : comme LA réalité, comme LE monde. Leurs chemins neuronaux, leur entraînement à la pensée dématérialisée, leur aptitude à l’abstraction et à l’absence de support physique en font des êtres différents de ceux de la génération antérieure.

Comme toute période révolutionnaire, nous devons faire face à un bouleversement extrêmement rapide de nos habitudes de vie en tant qu’espèce sociale, et le digital n’est qu’un des aspects de la révolution humaine. La transformation (dans le désordre) des milieux de vie, des habitudes de consommation, des techniques de l’éducation, de l’équilibre géopolitique, de la vie sociale… fait que nos enfants vivent déjà dans un monde bien différent du nôtre.

La difficulté, et c’est ce que sous-tend la question des leaders méditants du début de ce texte, est : comment arriver à échanger sur le même plan entre deux générations si différentes ?

La réponse est très simple pour nous : par la méditation.

Un leader méditant ne peut qu’avoir des enfants méditants.

Pourquoi ?

Parce que le leader méditant, en ayant une maîtrise acceptable de la méditation, commence à changer ses chemins neuronaux. Chose intéressante : désormais, ses connexions neuronales commencent à ressembler à celles de ses enfants. Il a cependant un avantage sur eux dorénavant : il maîtrise le processus des connexions et demeure stable là où ses enfants papillonnent autant en pensées qu’en actions.

Il est clair que leader méditant ne peut qu’avoir des enfants méditants !

Quels sont les bienfaits de la méditation pour les enfants ?

Sa pratique les aide à structurer et à stabiliser l’aspect de vision dématérialisée qu’ils développent beaucoup plus loin et plus rapidement que les adultes. En d’autres termes, la méditation aide à développer une base, un socle, fondée sur la présence à l’instant. Malgré leur forte activité cérébrale, avec un peu d’entraînement, les enfants sont désormais capables de pouvoir penser à mille choses, imaginer, etc. en étant pleinement présents à leur environnement immédiat et à leur entourage. Ils gardent donc leur forte propension à la créativité, mais en étant capables maintenant de l’orienter et de la densifier pour en faire quelque chose.

Voilà pourquoi j’entraîne les enfants des leaders à la méditation : pour qu’ils puissent accompagner la révolution du vivant que nous sommes en train de connaître.

Nous avons besoin d’enfants méditants. Ils deviendront un jour les leaders éclairés d’un monde bien différent du nôtre.

 

Pour toutes les raisons que je viens d’évoquer, ma femme Johanne et moi-même, avons décidé de fonder une école de méditation pour les enfants de 5 à 15 ans.

Les « Ateliers Je Médite » ouvrent leurs portes à vos enfants le samedi matin 10 septembre 2016 de 10h à 12h à Paris. Au menu : dégustation de la méditation bien sûr, mais également séances de signature de notre livre de méditation pour les enfants J’ai rendez-vous avec le vent, le soleil et la lune qui sort aux éditions de la Martinière le 1er septembre.

Nous serons heureux de vous y accueillir avec toute l’équipe de Je Médite.

Pour plus de renseignements : info@je-medite.com

English